JOURNÉE INTERNATIONALE DE LA JEUNE FILLE: la contribution de Saran TRAORÉ

*

L’humanité a célébré ce 11 octobre 2018, la journée internationale de la jeune fille. Cette date décrétée par l’ONU pour la jeune, victime de marginalisation.
A cette occasion, Saran a, étudiante en journalisme et membre du Club des Jeunes Filles Battantes et Libres de Guinée (CJBLG) a été invitée par la radio Soleil FM. Il a été question d’expliquer le rôle de la jeune fille dans la société.
Elle a d’abord dépeint la situation de la jeune fille dans la société guinéenne: « Il faut d’abord signaler que la jeune fille est ignorée en Guinée et reléguée au dernier plan et c’est une situation anormale», entame-t-elle.
Cette activiste a par la suite parlé de la place de la jeune fille dans le développement de son pays. Commençant par la politique, Saran a déclaré que la jeune peut contribuer au développement politique de son pays. «Sur l’aspect politique, vous n’êtes pas sans savoir que la jeune fille démontre son engagement à travers sa contribution dans les multiples campagnes d’élections pour la gestion de notre pays comme Domani Doré de la Guinée Audacieuse, Ellen Jonshon du Libéria qui dirigé le pays avec courage et détermination », dit cette protectrice de l’environnent.

Touchant tous les domaines de la vie comme l’environnement, l’éducation, etc. mademoiselle Traoré a, avec des exemples concrets, donné ce que la jeune fille peut apporter à sa société. « Au niveau de la protection de l’environnement, elle peut avoir pour mission de mener d’une part, des investissements humains non pas seulement dans son quartier de résidence, mais aussi à l’extérieur et, d’organiser des sensibilisations de masse et des causeries éducatives sur l’importance de garder notre environnement propre»,explique-t-elle. Plus loin, l’étudiante aborde le volet santé: «N’oublions surtout pas aussi qu’au niveau de la santé, la jeune fille doit s’investire de plus en plus dans les activités et les formations en Santé de Reproduction des Adolescents. Elle doit etre la mieux placée a organisé des actions dans la sensibilisation du grand public et des jeunes sur la santé sexuelle et reproductive et sur les problèmes relatifs aux violences sexuelles, l’éducation à l’hygiène et la défense des intérêts des filles-mères en cas de grossesse précoce.

Par ailleurs, elle a appelé les jeunes filles à se battre pour s’affirmer et lutter contre les discriminations et les violences dont elles sont victimes tous les jours. Cette bataille concerne, selon Traoré, l’apprentissage des métiers jugés réservés aux hommes, la formation pour éviter toute dépendance.
Pour terminer, Saran a interpellé l’État a protéger la jeune fille contre les violences et sollicite son aide pour que la jeune s’épanouisse dans un environnement de paix.

Dieudonné Aly KOMANO

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *